Soutien d'Helmut Fritz

Publié le par Akzonoubez

Cool, Helmut, cool!

Article : Paris Normandie
Helmut Fritz, chanteur azimuté et autoproclamé allemand: «La mort de l'inspecteur Derrick m'a traumatisé»

ENTRETIEN DECALE. Le pape du bling-bling et de la provoc' répond à nos questions parfois… énervantes.

 

Soumettre notre entretien décalé à Helmut Fritz, personnage loufoque et «roi de la hype», ça coule de source. Avant de monter sur la scène du Moulin Rose, samedi soir à Belbeuf, le chanteur français autoproclamé allemand, célèbre pour ses deux tubes électro Ça m'énerve et Miss France, s'est prêté au jeu. Avec l'accent et sans s'énerver.


D'où vient ce nom?
Helmut Fritz: «C'est un hommage à un poète allemand du siècle dernier, Walter Helmut Fritz. Mais je n'aimais pas le Walter, alors je l'ai supprimé.»
 

Qu'est-ce qui te détend dans la vie?
«Un transat au bord de la piscine d'un hôtel cinq étoiles, un mojito royal à la main et une Estonienne de dos qui va plonger.»
 

Arrives-tu à parler sans accent?
«Moi, non. Mais le marionnettiste qui me pilote, oui.»
 

Es-tu plutôt Nina Hagen ou Inspecteur Derrick?
«La mort de Derrick m'a traumatisé. D'ailleurs, les grosses lunettes que je porte tout le temps, c'est un hommage. Mais je dirais quand même Nina Hagen, une Berlinoise. Et Berlin reste la capitale mondiale de l'électro.»
 

Penses-tu, comme Brice Hortefeux avec les «Auvergnats», que les Allemands, c'est quand ils sont plusieurs que ça pose problème?
«Ça dépend de qui on parle, de quelle catégorie de personnes. Un mec comme moi, par exemple, ça va. Mais les types de Tokio Hotel, ça va moins bien.»
 

Qu'est-ce que tu as contre les Miss France?
«Contre les miss, rien. Mais j'ai une dent contre le comité Miss France qui voudrait nous faire croire que l'on vote pour ce que les filles racontent et pas pour leur physique. Moi, je vote toujours pour une méga bombe atomique qui sort son 90-60-90 en maillot de bain. Et si elle explique qu'elle sauve les bébés phoques, ça m'énerve.»
 

Une entreprise du Grand-Quevilly touchée par un plan social a parodié ton clip «Ça m'énerve». D'accord pour aller chanter sur le parking de la boîte?
«Je l'ai vu sur internet. J'aime bien l'idée et je les soutiens. Je trouve la démarche intelligente. Maintenant, je ne préfère pas répondre oui, car si je le fais demain pour eux tout le monde va me demander. Je deviendrai ambassadeur de la crise sociale, et ce n'est pas mon rôle.»

 

Ça t'énerve si on te dit que tu auras disparu du paysage dans six mois?
«Pas du tout puisque c'est complètement faux. Et puis, de toute façon, si Helmut Fritz doit rentrer en Allemagne, d'autres seront toujours derrière.»
 

La question à laquelle tu ne répondras jamais?
«Avec combien de femmes as-tu couché? J'ai peur de donner le tournis aux autres hommes, même à Julio Iglesias.»
 

Pour finir, ton mot de la fin…
«Je citerai la devise de la barre chocolatée Mikado: Restons légers».

Propos recueillis par Gilles Triolier


Video sur France 3



Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article